Ferticon  
 
Syndrome des ovaires polykystiques

  Table des matières

  2.1 Diagnostic        2.1.2 Syndrome d’ovaires polykystiques (SOPK)

2.1.1 Ovaires polykystiques (OPK)


Les ovaires multifolliculaires peuvent Ă©voluer en ovaires polykystiques (OPK), passage dont la transition relativement floue et favorisĂ©e par une surcharge pondĂ©rale ou une tendance Ă  l’adipositĂ©. Un ovaire polykystique se caractĂ©rise par la prĂ©sence de plus de 6 follicules, dont le diamètre est supĂ©rieur Ă  10 mm. Ce critère souligne l’importance de l’Ă©chographie pour le diagnostic et le diagnostic diffĂ©rentiel. Les ovaires sont volumineux. Alors que les perturbations menstruelles ne sont qu’occasionnelles en cas d’ovaires multifolliculaires, elles sont bien plus frĂ©quentes chez les femmes atteintes d’OPK. Dans de nombreux cas, l’ovulation n’a pas lieu, d’oĂą l’absence de formation du corps jaune et de progestĂ©rone (hormone du corps jaune).

En prĂ©sence d’ovaires polykystiques, les taux de testostĂ©rone sont certes souvent normaux, mais circulent frĂ©quemment Ă  la limite supĂ©rieure de la normale, c’est-Ă -dire au sein d’une zone dite « grise » qui ne permet pas de diagnostic dĂ©finitif. C’est pourquoi il est recommandĂ© de rĂ©aliser parallèlement un dosage de SHBG («Sex Hormon Binding Globulin »): le taux de cette globuline liant aux hormones sexuelles baisse lorsque le taux de testostĂ©rone plasmique est Ă©levĂ© ou Ă  la limite de la normale (hyperandrogĂ©nie), et dĂ©croĂ®t proportionnellement Ă  l’augmentation de la biosynthèse de testostĂ©rone. Cette assertion n’est cependant que relative, puisque toute hyperinsulinĂ©mie provoque une baisse de concentration de SHBG.

Un dosage de progestĂ©rone rĂ©alisĂ© entre le 19ème et le 25ème jour du cycle (pour un cycle de 28 jours) ne peut signaler la prĂ©sence d’ovaires polykystiques que lorsque le taux de progestĂ©rone est très nettement plus bas que la normale. Effectivement, la sĂ©crĂ©tion de progestĂ©rone (hormone du corps jaune) diminue continuellement chez de nombreuses femmes dès l’âge de 29/30 ans, et demeure Ă  un niveau nettement faible Ă  partir de 40 ans.

  2.1 Diagnostic        2.1.2 Syndrome d’ovaires polykystiques (SOPK)
  Abonnement
  aux newsletters?

Gerhard Leyendecker